Ceci est un message à caractère informatif

Publié le par Léo Dumas

Grenoble, temps présent





Ah ben bravo, bande de truffes. À peine j'ai le dos tourné que vous m'explosez les records de fréquentation de cette année -vous êtes quelques centaines à avoir jeté un œil à mes "regards", dont une bonne partie de nouveaux si j'en crois vos IP et le succès flatteur de mes interviews Hellfestivalières...



Une fois de plus, la preuve est faite qu'internet n'est pas encore complètement déterministe, et qu'un blog sans pub ni battage médiatique sur les réseaux sociaux peut avoir un relatif succès; et comme vous n'y êtes pas pour rien, je vais vous remercier en vous inondant d'articles au cours des semaines à venir, notamment en vous parlant de l'originalité des Clissonnais dans leur manière de célébrer la fête de la Musique. Ce qui devrait réjouir pas mal de monde, et fortement déplaire à quelques-uns comme c'est souvent le cas ici.





C'est la que j'en arrive au vif du sujet: cette floraison pré-estivale de bafouilles que j'espère aussi jubilatoires que pas trop mal écrites sera aussi le chant du cygne de ce blog, que je vais délaisser peu à peu au profit d'un vrai site internet avec des vrais morceaux de plein de trucs dedans.



Vous aurez donc très bientôt la joie et le privilège de découvrir le reste de mes travaux d'écriture, mon boulot en spectacle et animation, et au passage l'étendue de mes compétences en webdesign, ce qui vous fera l'occasion de ricaner un peu.



On y retrouvera la plupart des articles ici présents, dont une bonne partie réécrits et corrigés car ils ne datent pas d'hier; s'y ajouteront un certain nombre de bonus, avec notamment la suite de "Genèse", le démarrage d'une nouvelle série semi-rêvée intitulée "Correspondances", et deux ou trois autres machins en gestation que je vous laisserai découvrir quand ça sera prêt.



Côté pestacle, le film complet de "l'appel du 39-49" sera tourné cet été par la talentueuse Élodie du Collectipotes, et diffusé au mois de septembre. Ce sera d'ailleurs la dernière vidéo de la compagnie Seul contre Tous, dont c'est l'ultime saison cette année.





Ben ouais. Jouer les Léo Dumas à la limite de se faire bannir du peuple de gauche pour individualisme excessif est une chose ; mais depuis quinze ans que je suis dans des bureaux associatifs, que je côtoie des autogestionnaires parmi les plus compétents d'Europe, et que j'explique à longueur de textes et de spectacles que le collectif est la seule chance des petits chaperons rouges que nous sommes face au grand méchant loup néolibéral, il était plus que temps de faire peau neuve. "Seul contre Tous" n'est plus mon message. J'en tiendrai compte à l'avenir, dans la rue comme sur cet autre genre de scène populaire qu'est le ouèbe.



C'est pourquoi ma prochaine turne internautique sera la plus participative possible; les visiteurs y seront invités à laisser leurs propres textes, les innombrables inspis et copinages qui nourrissent mes pages y feront de vos vies un banquet intellectuel à faire passer ceux d'Astérix pour un mercredi des Cendres à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, et j'envisage même de monter un atelier de recherche-action en ligne, si suffisamment de gens sont intéressés. Voila pour l'essentiel.





Une dernière chose. Moi qui suis plutôt avare de mots gentils sur cet espace virtuel pas toujours très tendre avec la nature humaine, je tenais à vous remercier d'être en train de me lire. Ces cinq ans de blogging furent une vraie joie. Elles ont changé ma vie réelle plus que je n'aurais pu le prédire, généralement pour le mieux; et comme dirait la Tordue, c'est grâce à vous, tout ça.



Merci pour ce bout d'Errance en ma compagnie. Promis, dès que c'est prêt je vous file le lien, et on repart pour un tour.



Libertairement vôtre,



Léo.





 

 

 

 

 

 

logo-ScT.JPG

(à la mémoire du légendaire flyer de ScT, joyeuse connerie de jeunesse bientôt obsolète. Excusez la qualité de l'image; overblog ne les aime pas des masses, ce qui n'est pas la plus petite raison de mon changement d'adresse)

 

 

 

 

 


 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article